Agé de 12 ans, le surfeur Maël Burel, déjà vice-champion départemental, et 3e au niveau régional dans les compétitions de sport scolaire, fait partie des jeunes sportifs privés de leur activité pendant le confinement. Depuis le 17 mars, il rêve de retrouver Donnant.

Pour Maël Burel, qui a commencé à surfer lorsqu’il avait 3 ans avec son père aujourd’hui gérant du « Belle-Ile Surf Club », l’interdiction actuelle d’accéder aux plages, à laquelle s’ajoute celle de limiter ses sorties de loisir à un rayon d’1 km autour du domicile, sont comme une double peine : les yeux toujours rivés sur Donnant, le jeune Palantin ne peut ni surfer, ni même observer les vagues de loin.

Contenu (€) réservé aux abonnés !

Abonnez-vous et/ou connectez-vous pour accéder à ce contenu !